Vous êtes ici : Accueil > L'IGESA > Qui sommes-nous ? > Notre histoire

Notre histoire

L'institution de gestion sociale des armées a été créée par la loi 66-458 du 2 juillet 1966 dans le but de regrouper sous une même entité juridique l'ensemble des centres d'accueil sociaux alors existants et de centraliser la gestion des œuvres sociales dans le sens d'une intervention plus efficace et plus rapide. L'IGeSA a pour mission de gérer les établissements sociaux et médico-sociaux du ministère de la Défense. Elle exerce également des activités à caractère social et médico-social qui lui sont confiées par le ministère.

Doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière, cet établissement public national a été placé sous la tutelle du ministère de la Défense.

L'IGeSA était un établissement public national sui généris, c'est-à-dire ni administratif, ni industriel et commercial. Cette particularité a donné à l'IGeSA une souplesse de gestion tout en garantissant le contrôle de l'Etat sur la bonne marche de l'établissement. Ainsi, si l'IGeSA a été soumise aux règles de droit privé avec ses contractants, son personnel et les tiers ainsi que dans sa gestion comptable et financière, elle exerce une mission d'utilité publique et fut soumise, dès l'origine, au contrôle des autorités ministérielles et de la Cour des comptes.

Par la suite, la loi du 12 décembre 2005 a qualifié l'Institution de gestion sociale des armées d'établissement public industriel et commercial, tout en réaffirmant le caractère non lucratif de ses activités.

Son statut est aujourd'hui codifié aux articles L 3422-1 à L 3422-23 et R 3422-1 à R 3422-23 du code de la Défense.

» Télécharger le code de loi n°66-458 du 2 juillet 1966 - art. 7 (Ab)

Créée pour unifier les actions sociales au profit des ressortissants du ministère de la Défense (930 000 personnes à ses débuts), l’IGeSA est devenue "le bras armé" de la politique sociale du ministère de la Défense. Elle assure de nombreuses missions qui concernent tant l'organisation de colonies de vacances pour les enfants, que la gestion de villages, hôtels, résidences, clubs de vacances, pour les adultes et les familles, que celle d'établissements sociaux et médico-sociaux (crèches, jardins d'enfants, haltes-garderies, centre de consultations, maisons d'enfants et d'adolescents à caractère social) ou encore l'octroi de prêts et le paiement de secours d'urgence au profit des ressortissants ainsi que le règlement des actions sociales communautaires et culturelles (ASCC).

Elle peut également être chargée de missions ponctuelles par le ministère de la Défense comme la gestion de la restauration de plusieurs établissements d'insertion de la Défense lors de la création de l'EPIDe.

L’institution est une entité proche du ressortissant du ministère de la Défense. Elle se hisse au rang de partenaire incontournable par son accompagnement dans la satisfaction de ses besoins sociaux.

Avec la vague de décentralisations, une partie des services de l'échelon central de l’IGeSA quitte la capitale, le 6 janvier 1981, pour être décentralisée à Bastia, à la caserne Saint-Joseph.

 Les services fonctionnels s'implantent progressivement en Corse jusqu'en 1990 (direction des ressources humaines, trésorier comptable central, direction de l’ingénierie et des investissements, service des achats), imités par les services opérationnels (direction du tourisme, plateformes de réservation).

 Les missions de l'institution vont alors évoluer, se diversifier et devenir de plus en plus nombreuses, notamment après la décision de professionnalisation des armées. L'IGeSA est alors appelée à se substituer à l'autorité militaire locale dans l'intervention de terrain. Ses services centraux croissent en conséquence.

C’est dans le changement profond de l’environnement Défense (fin du service militaire et professionnalisation progressive des armées, réforme de la délégation générale pour l’armement, etc.) et dans le contexte de la mise en place des 35 heures que l’IGeSA va engager sa modernisation.

Cinq antennes régionales IGeSA (ARI), couvrant l'ensemble du territoire métropolitain, ont été créées entre 2001 et 2003 pour prendre en charge les missions nouvellement dévolues à l'institution et instaurer une nouvelle répartition des tâches entre l'échelon central, les ARI et les établissements.

En 2000 et 2001, certaines missions soutenues jusqu'alors par les districts sociaux et les directions locales de l'action sociale du ministère de la Défense sont transférées à l'IGeSA qui devient responsable de l'organisation et de la gestion pédagogique des centres de vacances de jeunes ainsi que de leur logistique, leur encadrement et le transport des enfants. De même, 63 établissements sociaux (crèches, haltes-garderies, jardins d’enfants, centres sociaux et centres de consultation, maisons d’enfants à caractère social et un lycée professionnel) passent en gestion directe à l’IGeSA, conduisant alors à la création à Bastia du département des établissements sociaux chargé d'assurer la supervision de l'ensemble.

Cette réorganisation achevée et son mode de fonctionnement stabilisé, la conduite de changement s'est poursuivie à partir du printemps 2007 par un travail de fond sur les moyens d'augmenter prioritairement la satisfaction du ressortissant-client.

Véritable projet d’entreprise, cette démarche implique plus de 50 personnes physiques permanentes et l’ensemble des directions opérationnelles et fonctionnelles de l’IGESA.

Parmi les premières réalisations de cette mutation, figurent en bonne place la réorganisation de la plateforme de réservation pour les vacances adultes, le règlement par carte bancaire et la transformation du site internet en portail internet. D’autres opérations sont en cours (optimisation de l’accueil téléphonique) ou achevées (allègement des procédures d’inscription des séjours vacances, mise en place d’un numéro Vacances igesa, téléchargement généralisé pour les CVJ, etc.).

Ce dispositif majeur s'inscrit dans la volonté de doter l'institution des fonctionnalités destinées à répondre plus rapidement aux attentes du ressortissant (plus d'informations, réservation en ligne pour les résidences-relais, informations de toute nature sur l'actualité Défense, le cinéma, le sport, le "people", la santé, la cuisine, etc.) et à développer à travers des blogs, des forums et les petites annonces, un flux d'échanges ayant pour finalité d'améliorer la communication entre le ressortissant et son opérateur social.

> retour