Vous êtes ici : Accueil > Actualités IGESA

LES EXPERTS A CAMARET

2012

En juillet dernier, 40 enfants âgés de 8 à 11 ans ont été initiés à la police scientifique...

... au sein du Centre de Vacances IGESA de Camaret dans le Finistère. Nos jeunes inspecteurs ont ainsi débutés leur formation d’enquêteur scientifique. La brigade spéciale de l’IGESA saura-t-elle démasquer le dangereux fugitif de la presqu’île de Crozon ?

 

Observer, comparer, émettre des hypothèses...

Sur le sol, une silhouette humaine est dessinée à la craie blanche, des objets renversés attestent d’une altercation... Après avoir délimité le périmètre de la scène de crime à l’aide d’une rubalise (un ruban coloré) afin d’éviter toute nouvelle intrusion, les petits techniciens de l’IGESA, revêtus d’une combinaison blanche stérile, commencent par prendre de nombreuses photos afin d’immortaliser la scène de crime. Très concentrés, nos apprentis policiers prélèvent, numérotent puis analysent les indices. A partir de ces pièces à conviction, ils se concertent pour mettre sur pied un scénario et émettre les premières hypothèses…

Mais avant de tirer des conclusions hâtives, nos apprentis s’attèlent à une série d’ateliers portant sur les techniques des enquêteurs. Ils relèvent leurs propres empreintes digitales en équipe, identifient les différentes caractéristiques, les plus grands découvrent, quant à eux, le relevé d'empreintes par fumigation[1]. Ils apprennent également à identifier des empreintes de pas, à les prélever par la technique du moulage et à estimer la taille d'un individu en fonction de sa pointure.

 

Donner une réalité concrète à des expériences scientifiques parfois abstraites

Explosions réalisées grâce à des expériences scientifiques, codage et décryptage de messages, morpho-analyse[2]des gouttes de sang (avec de la peinture à l'eau bien sûr !), activité théâtre sur le thème des interrogatoires, observation de cheveux au microscope… Le métier n’a, à présent, plus de secret pour eux !

Ils s’initient également à la découverte de l'ADN et à son extraction sur des cellules de bananes. «Nous avons travaillé à partir de bananes écrasées puis mélangées avec du sel et du produit vaisselle afin d’isoler des filaments d'ADN», explique l’animatrice. Selon elle, l'intérêt de ces activités est de donner une réalité concrète à des expériences scientifiques parfois abstraites.

 

Dans la peau d’un véritable enquêteur

Le jour est venu de mettre en application les différentes techniques acquises lors des ateliers de formation et de se glisser dans la peau d’un véritable enquêteur. Ils reconstituent à l’aide d’une caméra le déroulement du crime découvert en début de séjour et, forts de leur travail d’équipe, découvrent les circonstances exactes du drame ainsi que l’identité du meurtrier de Camaret... Mission réussie !

Durant ces 12 jours, notre brigade de choc a également pris le temps de s’oxygéner en partant à la découverte des monuments et de l'histoire de la cité camarétoise. Ils sont aussi allés à la plage, à la piscine et ont pratiqué des sports collectifs avec les petits pirates présents aux mêmes dates au Centre Vacances IGESA pour un séjour exaltant de chasse au trésor ! Policiers et pirates se sont retrouvés pour la boum de fin de séjour où ils ont dansé sur des rythmes endiablés jusqu’à minuit !

 

Un séjour qui a stimulé leur cerveau, leurs muscles ainsi que leur sens du rythme !

______________

[1] Les traces de sang jouent un rôle prépondérant pour déterminer les circonstances d’un meurtre. Ovales ou rondes, les gouttes de sang en disent long sur les gestes du criminel et de sa victime.

[2] Ce procédé consiste à faire chauffer de la super glue jusqu’à ce qu’elle se vaporise et se dépose sur les composants de l’empreinte. Une trace blanche apparaît !